Notre évêque nous parle

Tous les éditos > Homélie fête de S. Lambert Cathédrale de Liège 16 septembre 2016 Jean-Pierre Delville, évêque de Liège (16/09/2016)


 


Homélie fête de S. Lambert - Cathédrale de Liège


17 septembre 2016


Jean-Pierre Delville, évêque de Liège


 


 


Chers Frères et Sœurs,


Vous qui êtes réunis dans cette cathédrale et vous qui nous entendez par la radio RCF,


 


La fête de saint Lambert nous rassemble dans la joie. C’est un rendez-vous annuel qui nous réunit au début de l’année pastorale et nous relance dans la prière et dans l’engagement.


 


Pourtant à la réflexion nous célébrons la mémoire d’un évêque assassiné. Certes c’est bien lointain, cela remonte au 7e siècle.  Mais l’assassinat du père Jacques Hamel à Rouen en France en juillet dernier nous rend le meurtre de saint Lambert bien plus actuel que précédemment. Que dirait-on aujourd’hui si un évêque était assassiné ? Malheureusement il y a eu des précédents récents : l’assassinat de Mgr Romero en Salvador, particulièrement. Ces assassinats nous font découvrir que notre monde est violent et que les gens de paix sont menacés. La société vit parfois dans la peur et dans le soupçon vis-à-vis des autres. C’est pourquoi je voudrais placer cette fête de S. Lambert sous le signe de la paix. Comme le dit Isaïe : « Comme ils sont beaux sur les montagnes les pas du messager, celui qui nous annonce la paix » « Wie willkommen sind auf den Bergen die Schritte des Freudenboten, der Frieden ankündigt ». Le ps 45, dans lequel j’ai choisi ma devise, nous le confirme : « Le Seigneur détruit la guerre jusqu'au bout du monde ».


 


Et dans l’évangile selon Jean, nous venons d’entendre la phrase (Jn 12,24) : « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il demeure seul ; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit » (Jean 12,24). Ce sont des paroles que Jésus prononce peu avant de mourir. C’est un moment dramatique pour lui et pour ses disciples. Mais dans cette imminence de la mort, Jésus ressent que sa vie est comme un grain de blé qui tombe en terre et qui meurt. Jésus ressent ses limites, il ressent sa fin ; mais au lieu de désespérer ou de se révolter, il fait de sa vie un don ; et ce don produit des fruits en abondance.


Diese Früchte seid vor allem ihr, die ihr hier versammelt seid zu diesem Festgottesdienst zu Ehren des Heiligen Lambertus. Jeder von euch ist gekommen, weil Jesus sein Leben hergab, und er uns einlädt das gleiche zu tun. Ihr seid Zeugnis dass das Evangelium von Jesus konkretisiert, gelebt, gefeiert und in unserer Diözese verkündigt wird.


 


Ces fruits, dont parle l’évangile, c’est en particulier chacun de vous réunis ici, en cette fête de saint Lambert. Chacun de vous est là parce que Jésus a donné sa vie et parce qu’il nous invite aussi à partager la vôtre. C’est grâce à vous que l’évangile de Jésus est concrétisé, vécu, célébré et annoncé dans notre diocèse. Cet aspect convivial, c’est le fruit en abondance dont parle Jésus, c’est le fruit visible : c’est la constitution d’une communauté nouvelle, au cœur d’une société souvent indifférente ou matérialiste. La communauté fraternelle que chaque chrétien construit est un fruit de l’Esprit et un don pour le monde.


 


Unser diesjähriges Lambertusfest findet direkt vor unserer Diözesanwallfahrt nach Rom im Rahmen des Jahres der Barmherzigkeit statt. In der Einheit mit euch allen und unserem ganzen Bistum werde ich an dieser Pilgerreise teilnehmen, und gemeinsam werden wir für die Anliegen unserer lokalen Kirche beten. Im Herzen unserer Pilgerreise wird das ökumenische Gebet der Religionen für den Frieden stehen, dem Papst Franziskus in Assisi, zum 30. Jahrestag des ersten Gebet der Religionen für den Frieden unter dem Vorsitz von seiner Heiligkeit Papst Johannes-Paul II. im Jahr 1986, vorstehen wird. Dieses Ereignis in Assisi, an dem ich auch teilnehmen kann, ist ein wichtiges Zeichen in der heutigen Welt, in der die Hindernisse für den Frieden zahlreich sind, und in der die Gewalt auch unser Land erreicht hat. So möchte ich nun die Feier des heutigen Abends dem Frieden in unserer Gesellschaft und in der Welt widmen.


 


Notre fête de saint Lambert précède directement cette année le pèlerinage de notre diocèse à Rome dans le cadre de l’année de la miséricorde. C’est en union avec vous tous et avec tout notre diocèse que je participerai à ce pèlerinage et que nous prierons aux intentions de notre Église locale. Au cœur de notre pèlerinage se déroulera la prière des religions pour la paix, que le pape François présidera à Assise, pour l’anniversaire des 30 ans de la première prière des religions pour la paix, présidée par le pape Jean-Paul II en 1986. C’est donc un moment important qui se déroulera à Assise, et j’aurai l’occasion d’y participer également. C’est spécialement important dans de monde actuel, où les obstacles à la paix sont nombreux et où le violence touche aussi notre pays. Je voudrais donc que notre célébration de ce soir soit consacrée à cette prière pour la paix dans notre société et dans le monde.


 


Cette année pastorale, nous aurons l’occasion de préparer les assises diocésaines de la catéchèse, qui se dérouleront le 30 septembre 2017. Tout notre diocèse est invité à réfléchir sur la manière de faire la catéchèse : cela concerne en particulier l’initiation à la foi pour les petits enfants, la catéchèse qui encadre les sacrements de communion et de confirmation, et la catéchèse des adultes. Tous les avis seront bienvenus. Différents rendez-vous sont pris au niveau des UP, des doyennés et du Service diocésain de la catéchèse. Je vous invite à participer à ces moments de réflexion et de concertation. Ils vivifient notre Église locale et nous mettent en chemin.


 


Différents rendez-vous importants vont baliser notre vie pastorale : je voudrais évoquer l’installation des trois nouveaux doyens : les abbés José Gierkens en Basse-Meuse, Bruno Villers en Hesbaye et Jean-Pierre Pire à Liège ; ainsi que la rentrée du Centre diocésain de formation le 26 septembre prochain ; la rentrée de la pastorale universitaire Logos le 5 octobre, la canonisation de la bienheureuse Elisabeth de la Trinité à Rome le 16 octobre et une messe en son honneur le dimanche 27 novembre ici à la cathédrale, en présence de la miraculée Marie-Paule Stevens, de Malmedy ; la conclusion de l’année de la Miséricorde dans la cathédrale le 13 novembre et surtout mes visites pastorales dans les doyennés de Fléron, Liège (Rive droit et Rive gauche), Huy et Herve, dans les prochains mois.


 


Ainsi, chers Frères et Sœurs, vous le comprenez, nous sommes tous invités à suivre Jésus et à lui consacrer notre vie, pour qu’il la féconde et lui fasse porter du fruit, à travers les épreuves que nous subissons et celles que notre société doit affronter.


Der Heilige Lambertus hilft uns und geht uns voraus auf diesem Weg. Er gab sein Leben für seine Diözese, als er an einem 17. September um das Jahr 700 ermordet wurde.


Saint Lambert nous aide et nous précède dans cette voie, lui qui a donné sa vie pour son diocèse, en étant assassiné un 17 septembre, vers l’année 700. Il serait bien étonné de voir ce que son martyre a produit : à commencer par la ville de Liège elle-même, qui s’est développée à partir de son tombeau, devenu un lieu de pèlerinage ; et ensuite l’Église de Liège, dont nous sommes ici les dignes représentants, mais qui regroupe surtout ceux que nous connaissons et qui ne sont pas là ce soir.


 


Que le Seigneur vous éclaire et vous guide ; que brille sur vous sa miséricorde, durant toute cette nouvelle année pastorale 2016-2017. Amen !


Mgr Jean-Pierre Delville,


votre évêque.


 



Accéder à tous les éditos