Organiser des funérailles

Vivre le deuil dans l'Espérance

Espérer, c'est croire que celui que j'aime a trouvé la paix et le bonheur dans une vie nouvelle, une vie de plénitude que j'ai du mal à imaginer.

Espérer n'enlève pas ma douleur. Pour un croyant, la séparation est tout aussi difficile à vivre que pour une personne qui ne croit pas à la vie après la mort. Ce qui fait la différence, c'est l'espérance de la Résurrection. "Moi, je suis la résurrection et la vie" nous dit Jésus. "Celui qui croit en moi, même s'il meurt, vivra ; et tout homme qui vit et croit en moi ne mourra jamais".

Espérer, ce n'est pas oublier celui qui est parti. C'est savoir qu'il est toujours présent dans mes pensées et dans mon cœur; et surtout, présent dans le cœur de Dieu.

Espérer, c'est aussi croire qu'un jour, comme lui, je ressusciterai et que je le retrouverai. C'est ce que je proclame lorsque je dis le credo des chrétiens : "J'attends la résurrection et la vie du monde à venir." Espérer, c'est croire que la Vie est plus forte que la mort.

Organiser la célébration des funérailles

Un de mes proches vient de décéder. Une équipe de la communauté chrétienne locale (homme ou femme - prêtre, diacre ou laïc) a le souci de m'accueillir et de m'accompagner dans ce deuil. Ces personnes envoyées par la communauté peuvent aussi m'aider à préparer la célébration des funérailles (veillée de prière - liturgie des funérailles à l'église) et à faire certaines démarches. Pour les rencontrer, je contacte un responsable de mon Unité pastorale.

 

Pour réfléchir, voici un texte de notre évêque : Funérailles aujourd'hui et demain