Tous les éditos > Homélie 5e dimanche après la Pentecôte - Confirmations à Herstal Notre-Dame, Fraternité sacerdotale Saint Pierre (19/06/2016)


Homélie 5e dimanche après la Pentecôte


(Mt 5, 20-24)


Confirmations à Herstal Notre-Dame


Fraternité sacerdotale Saint Pierre


 


 


Chers Frères et Sœurs,


 


 


C’est une joie pour moi de me retrouver avec vous à l’église Notre-Dame de Herstal pour cette célébration de la confirmation, préparée par la Fraternité Saint-Pierre. Les jeunes et les adultes qui sont ici présents vont recevoir le don de l’Esprit Saint, que Jésus avait promis à ses disciples et qu’ils ont reçu le jour de la Pentecôte, en compagnie de la Vierge Marie.


 


Je remercie les confirmands pour les lettres qu’ils m’ont envoyée. Ils demandent la confirmation en soulignant l’importance des dons de l’Esprit-Saint, en décrivant parfois leur chemin de conversion et en rappelant l’importance de leurs liens avec leurs parrains et marraines.


 


C’est au cœur de l’originalité de la démarche chrétienne que nous sommes plongés aujourd’hui grâce à cette liturgie du 5e dimanche après la Pentecôte. C’est éclairant en ce jour de confirmation, car nous sommes invités à adopter une démarche systématique de recherche de la paix. « Ne rendez pas le mal pour le mal », dit S. Pierre (1 Pierre 3,9). L’apôtre nous invite à éviter la vengeance et la spirale de la violence. « Cherche la paix et poursuis-la », ajoute-t-il. Cette attitude n’est pas l’attitude instinctive que nous aurions dans la vie quotidienne. Souvent on a envie de réagir de manière agressive quand on est attaqué. Le chrétien par contre est invité à construire la paix, à dépasser les antagonismes.


 


Jésus le dit avec force dans le sermon sur la Montagne, dont nous venons d’entendre un extrait (Mt 5, 20-24). « Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne tueras pas. Moi je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère sera condamné par le juge ». Vous imaginez l’embouteillage de la justice ! Jésus ajoute une nouvelle logique aux commandements. La logique de la perfection. La norme inapplicable… Inapplicable, mais qui fait réfléchir. Il s’agit d’être redevable à Dieu devant sa conscience. C’est le pari de l’amour et de la non-violence. C’est quelque chose de très profond : on sait comment les petits mots assassins peuvent engendrer des génocides…


 


Désormais l’amour du frère devient la norme de l’amour pour Dieu. « Lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si là tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, ensuite viens présenter ton offrande ». L’alliance avec Dieu, comme personne, par le sacrifice, passe par l’alliance avec l’homme. Remarquez que Jésus ne dit : « Si tu as quelque chose contre ton frère ». Il dit : « si … ton frère a quelque chose contre toi ». Il faut donc se mettre à la place de l’autre pour voir s’il n’aurait pas quelque chose à me reprocher. Cela suppose qu’on exerce sa conscience, qu’on pense à l’autre.


 


Dans cette célébration de confirmation, les jeunes sont invités à vivre cette nouvelle Loi du Royaume de Dieu, qui est si différente de la loi du monde. Mais c’est une joie de vivre cette nouvelle dans le soutien mutuel et la fraternité. Dans cette église, la fraternité Saint-Pierre vous encourage à vivre cette affection mutuelle. Elle nous aide par les liens communautaires et par la vie de prière. La présence des parents, des parrains et marraines, des paroissiens, des familles et des amis nous renforce dans notre foi et soutient les confirmands. La liturgie nous soutient aussi. La prière ici est soignée, le chant est soigné, la liturgie est soignée. C’est une aide pour notre vie spirituelle ; c’est aussi un témoignage de fidélité à la tradition et à toutes les sources spirituelles qu’elle nous a léguées et qu’il est bon de pratiquer en direct. En recourant aux sources de notre foi, aux textes liturgiques millénaires, aux chants et aux gestes liturgiques traditionnels, nous alimentons notre foi d’une manière privilégiée et nous rendons vivante la richesse culturelle que cette foi a produite. Nous témoignons ainsi au cœur de la ville de la beauté et de la force du message que nous avons reçu.


 


Rendons grâce au Seigneur, de nous donner ainsi un lieu privilégié pour recevoir le don de son Esprit. Rendons grâce pour ceux qui vont être confirmés et portons-les dans notre cœur.


Que le Seigneur vous accorde à tous la grâce de la fidélité dans la foi et dans l’amour. Amen !


 


+ Mgr Jean-Pierre Delville


Votre évêque


 


 



Accéder à tous les éditos