Notre évêque nous parle

Tous les éditos > Que d'anniversaires! (01/03/2014)


Chers Frères et Sœurs du diocèse de Liège,


L’année nouvelle a commencé !


Elle sera marquée par quelques anniversaires que je voudrais souligner.


Ils nous aideront à cheminer à travers le Carême vers la Pâque de Jésus ressuscité !


Le premier anniversaire est le centenaire du déclenchement de la guerre 1914-1918 en Belgique ; le 4 août 1914 en effet, les troupes allemandes franchissaient la frontière belge. Le 4 août de cette année, Liège sera le théâtre d’une journée organisée par le gouvernement fédéral, avec la présence espérée de 60 chefs État au Mémorial Interalliés de Cointe. Le 15 août, une messe sera célébrée au Fort de Loncin en mémoire des soldats morts à cet endroit pour défendre le pays. La guerre 14-18 est un événement dramatique dans notre histoire : c’est la première guerre industrielle, avec un très grand nombre de morts et la manifestation de nationalismes exacerbés. Elle nous invite à réfléchir sur la paix dans le monde et sur les pistes d’une gouvernance mondiale. Elle manifeste le tournant de l’histoire de l’Europe et prépare de loin la fondation de l’Union européenne.


Le second anniversaire est celui de la mort de Charlemagne en 814, qui sera fêté surtout à Herstal et à Aix-la-Chapelle. Partant d’une situation chaotique, Charlemagne a créé l’unité de l’Europe ; il fut appelé en son temps le « Père de l’Europe ». Son action religieuse a contribué à unifier l’Église ; pour cela il promut la foi en la Trinité. Il nous fait réfléchir aujourd’hui sur le rôle de notre foi et de notre Église dans le cadre du développement de l’Union européenne.


Le troisième anniversaire que je voudrais souligner est celui des 750 ans de l’institution de la Fête du Corps et du Sang du Christ, ou Fête-Dieu, dans l’Église universelle, par la bulle Universas du pape Urbain IV en 1264. Originaire de Troyes, Jacques Pantaléon avait été chanoine de la cathédrale de Liège, où il avait connu Julienne de Cornillon et Ève de Saint-Martin. Constatant avec celles-ci la faible participation des fidèles à la communion, il se résolut à promouvoir le sens de l’eucharistie. Devenu pape, il adressa à Ève une lettre personnelle pour annoncer sa décision. Cette fête nous invite à comprendre l’actualité de la résurrection du Christ dans la vie du chrétien par la célébration de la fraction du pain. L’anniversaire de son institution sera fêté le jeudi de la Fête-Dieu, 19 juin, à Liège, par une eucharistie à Saint-Martin, précédée par une procession en ville, à partir de la cathédrale. La présence des chrétiens dans la ville correspond à la proposition que nous fait le pape François de sortir et d’être présents dans la société.


Chacun de ces anniversaires est en quelque sorte un Carême qui débouche sur une Pâque. Le Carême nous prépare à vivre et apprécier Pâques. Cette année spécialement, le pape François, dans sa lettre de Carême, nous invite à vivre le Carême sous l’inspiration de la phrase de saint Paul : Jésus-Christ s’est fait pauvre, pour nous enrichir de sa pauvreté (2 Cor 8,9).


Le pape réfléchit à ce message et écrit : Il ne s’agit pas d’un jeu de mots, ni d’une figure de style ! Il s’agit au contraire d’une synthèse de la logique de Dieu, de la logique de l’amour, de la logique de l’Incarnation et de la Croix. Dieu n’a pas fait tomber sur nous le salut depuis le haut, comme le ferait celui qui donne en aumône de son superflu avec un piétisme philanthropique […]. Il le fait pour être au milieu des gens, de ceux qui ont besoin du pardon, pour être au milieu de nous qui sommes pécheurs, et pour se charger du poids de nos péchés.


Nous sommes donc invités à découvrir dans cette solidarité du Christ avec les pauvres que nous sommes un geste de réintégration des pauvres dans la société et dans le royaume de Dieu. À notre tour, nous sommes invités à vivre cette solidarité avec les pauvres pour coopérer à leur réintégration, -qu’il s’agisse de pauvres au niveau matériel, moral ou spirituel, ajoute le pape.


Concrètement cette année-ci, Entraide et Fraternité nous invite à nous solidariser avec les paysans du Brésil pour qu’ils puissent cultiver la terre dans la justice, malgré les oppositions nombreuses qui se manifestent sur le terrain. Partout dans le monde, des situations d’injustice prévalent sur le droit. Le Carême nous invite à faire un tour du monde mental pour devenir solidaires de ceux qui souffrent. Notre chemin de pauvreté avec le Christ souffrant nous conduira au miracle de la résurrection.


Et cette année, comme la Pâque des Églises d’Occident tombe le même jour que celle des Églises d’Orient, nous sommes invités à une prière œcuménique le jour de Pâques, le 20 avril à midi, sur la place Cathédrale, avec nos frères de toutes les confessions chrétiennes. Bienvenue à tous !


Et déjà, bon Carême et bonne fête de Pâques !


Votre évêque,
+ Jean-Pierre Delville


_______________________________________



Accéder à tous les éditos