Diocèse

Le diocèse de Liège aujourd'hui

I. Données statistiques

1. Superficie et population :

Le diocèse couvre le territoire de la Province.

Il compte 1.100.000 habitants dont 75.000 germanophones (+/- 700.000 catholiques).

 

2. Clergé, Assistants paroissiaux et Animateurs pastoraux :

370 prêtres, 70 diacres permanents, 37 assistant(e)s paroissiaux, 12 animateurs pastoraux (rémunérés)… et de très nombreux bénévoles.

 

3. Vie consacrée :

Communautés traditionnelles et communautés nouvelles : +/- 120 religieux et 375 religieuses ; vierges consacrées.

 

4. Organisation de la pastorale :

a) Sous la houlette du Vicaire général, la tâche est répartie dans 5 Vicariats épiscopaux et des Services diocésains (voir plus loin)

b) 72 Unités pastorales dont 9 germanophones

c) 14 doyennés dont 2 germanophones

d) Aumôneries : cliniques, maisons de repos, prisons

 

5. Écoles catholiques :

a) +/- 150 écoles fondamentales et 36.500 élèves

b) 62 écoles secondaires et +/- 45.000 étudiants

c) Écoles catholiques spécialisées : 9 écoles fondamentales (+/- 1100 élèves), 7 écoles secondaires (+/- 1150 étudiants)

 

6. Enseignement de la religion dans les écoles publiques :

Environ 50% suivent le cours de religion dans le Fondamental et 30% dans le Secondaire.

 

7. Œuvres caritatives et engagement social :

Caritas Secours, Plateforme des sortants de prison, Vivre Ensemble, Entraide et Fraternité, Justice et Paix, Coordination des actions sociales, Pro Migrantibus, Missio, etc.

 

8. Région germanophone :

Une majorité catholiques de tradition et une minorité protestante.

La pratique dominicale se situe autour de 15%. Le vicaire épiscopal est secondé dans sa tâche par 2 doyens et le Conseil pastoral de la DG (SSR).

 

9. Banneux :

8 apparitions de la Vierge des Pauvres en 1933. Le Sanctuaire est un véritable cadeau pour le diocèse (et au-delà). L’équipe pastorale, sous la houlette du recteur, s’efforce de soigner l’accueil chaque année de +/- 500.000 visiteurs et pèlerins, en différentes langues. www.banneux-nd.be

 

10. Nombreux groupes bibliques et groupes de prière (Renouveau et autres) !

 

11. Radio Chrétienne Francophone (RCF) : existe dans le diocèse depuis 2004. www.rcfliege.be

 

12. Œcuménisme :

La concertation œcuménique réussit à créer un climat très positif et encourage le dialogue et les veillées de prière, notamment lors de la Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens, en janvier.

 

II. Observations générales

De manière globale et générale, on peut dire que le diocèse de Liège n’est pas une île, loin de là, et que sa population est marquée par les courants de pensée et les modes de vie qui ont leur influence en Europe occidentale depuis des siècles (avancée de la raison) et qui ont en quelque sorte changé et changent encore la face de la terre (sécularisation). En même temps, il faut relever les répercussions du progrès scientifique et technique ainsi que du bien-être matériel sur toute la population. Comme toute évolution, ces avancées ont une double face. La responsabilité et la liberté de l’homme sont sollicitées de manière inouïe. Il est exposé à des « tentations » et est amené à se positionner de façon adulte et volontaire, notamment par rapport à la religion et à la foi.

 

Pour le moment, le territoire du diocèse connaît les répercussions de la crise économique générale et mondiale. Mais celle-ci ne fait que renforcer une crise dont le pays de Liège est la victime depuis des décennies, c’est-à-dire depuis que les charbonnages sont fermés et que l’aciérie et la métallurgie en général sont pratiquement à l’arrêt. Le taux de chômage est assez élevé.

 

Par ailleurs, la province de Liège, comme toute la Wallonie, a un passé marqué par l’anticléricalisme depuis la première révolution industrielle. Ce passé pèse encore sur les images que véhiculent certains milieux par rapport à l’Église et à la religion. À l’heure actuelle, il y a peu d’agressivité, sinon aucune, mais dans le contexte plus général qui a été évoqué plus haut, celle-ci a fait place à l’indifférence et, sur le plan de la pensée, à l’agnosticisme. Ceci risque aussi de devenir le cas dans la région germanophone traditionnellement fort catholique.

 

III. Quelques flashes

Depuis le Concile Vatican II, sous la conduite lucide et courageuse de Mgr Guillaume-Marie van Zuylen et de Mgr Albert Houssiau, l’Église de Liège a voulu être « Peuple de Dieu en marche dans le monde et pour les hommes ». En 1998, Mgr Houssiau a lancé le projet pastoral diocésain « Projet 2000 » dont le premier aboutissement visible a été le rassemblement diocésain à Waremme le 27 novembre 1999. Ce fut un temps fort dans la vie du diocèse.

En 2001, Mgr Aloys Jousten s’est d’emblée inscrit dans la dynamique mise en route par ses prédécesseurs.

 

1. Chantier Paroisses

Les paroisses ont été et sont les lieux privilégiés de cette orientation pastorale. Vu la baisse de la pratique religieuse dominicale et de la participation à la vie paroissiale ainsi que la diminution du clergé, les évêques ont mis successivement en place différentes formules de regroupement en vue d’une plus grande et meilleure collaboration entre les prêtres et les forces vives de plusieurs paroisses. De la création de secteurs, on est passé en 2002 au lancement du « Chantier-Paroisses » qui prévoyait le regroupement des 525 paroisses en 72 Unités pastorales (UP). La mise en route des UP a commencé par la constitution d’équipes-relais dans chaque (ancienne) paroisse ou communauté locale. Les équipes pastorales se sont formées progressivement dans les Unités pastorales et sont officialisées par une lettre de mission de l’évêque. Le curé est le pasteur de l’Unité pastorale et le responsable de l’équipe pastorale.

Pour les prêtres, cette « réorganisation » constitue un passage à une autre manière de vivre leur mission et d’envisager la collaboration des laïcs. Lorsque le changement est vécu positivement, les fruits ne se font pas attendre. Les mentalités évoluent lentement, mais sûrement. Il est indéniable que le Chantier Paroisses se déploie et porte des fruits.

 

2. Vicariat Évangile & Vie

Il est un des terrains les plus importants de la pastorale vue sous l’angle de « l’Église dans le monde ».

 

Une des richesses de l’Église diocésaine se trouve dans la vie chrétienne et ecclésiale en d’autres lieux que les paroisses : cliniques, maisons de repos, prisons. Les équipes d’aumônerie font un excellent travail, à la fois dans la pastorale de contact et dans la pastorale sacramentelle (eucharistie). Ce sont des lieux privilégiés pour l’évangélisation vu la situation particulière des personnes concernées.

 

Les visiteurs de malades sont présents dans de nombreuses paroisses.

 

Les jeunes sont source de grande préoccupation. Comment s’y prendre pour éveiller ou réveiller en eux l’ouverture à Dieu, à la personne du Christ et à son Évangile ? Comment leur faire découvrir la beauté, la vérité, la bonté du message chrétien ? Le Service diocésain des Jeunes (SDJ) s’efforce de lancer des initiatives susceptibles d’intéresser les jeunes : marche des jeunes, JMJ, etc. Les mouvements de jeunesse ont toujours un assez grand succès. L’arrivée des Frères dominicains en 2009 à Liège a été l’occasion d’initier de nouveaux projets pour les étudiants de l’enseignement supérieur et universitaire.

 

Il y a de très nombreux lieux où des chrétiens s’engagent dans le caritatif et le social : visiteurs de malades, visiteurs de prison, accueil des pauvres et des migrants, associations diverses, etc.

 

3. Vicariat de l’enseignement et de l’éducation chrétienne

Il se préoccupe des écoles catholiques (Fondamental, Secondaire, Supérieur) et de l’enseignement de la religion dans tous les réseaux.

 

4. Service diocésain de la Catéchèse et du catéchuménat (SDCC)

En 2006, un Projet catéchétique diocésain a été publié ; il met l’accent sur la catéchèse des adultes. La catéchèse sacramentelle occupe une grande place et mobilise beaucoup de catéchistes laïcs. Cependant, elle ne veut pas seulement toucher les enfants, les jeunes et les adultes directement concernés, mais également les parents, les parrains, etc. Elle veut donc être intergénérationnelle et susciter de « nouveaux » chrétiens.

Le catéchuménat est en plein développement. À Pâques 2013, une douzaine de catéchumènes ont été baptisés.

 

5. Service de Pastorale Liturgique et Sacramentelle (SPLS)

La liturgie est et reste le domaine le plus significatif de la vie chrétienne dans le diocèse.

 

Pratiquement dans tous les lieux -paroisses, cliniques, écoles, prisons, maisons de repos-, elle est le « thermomètre » de la vitalité des communautés et groupes.

 

Toutefois, les pratiquants étant moins nombreux, il faut inviter les chrétiens à se regrouper le dimanche pour des célébrations significatives qui, non seulement sont plus « fournies », mais surtout permettent de vivre la célébration avec plus d’enthousiasme et avec une meilleure expérience d’Église.

 

Les funérailles : leur nombre risque parfois d’épuiser les prêtres. Les diacres rendent déjà de grands services, mais leur nombre est limité. C’est pourquoi, peu à peu, des laïcs sont formés à la conduite des funérailles.

 

6. Vicariat de la Formation

La formation a toujours été prise à cœur dans le diocèse, notamment grâce au Centre diocésain de Formation (SDF) et à quelques lieux de formation régionaux. Ils offrent de multiples propositions pour différents publics.

 

7. Vicariat de la Région germanophone

Le diocèse de Liège est un diocèse bilingue comprenant la communauté germanophone de Belgique. Vu sa spécificité culturelle, l’Évêque de Liège a nommé un vicaire épiscopal pour la région de langue allemande qui assure sa fonction en lien étroit avec les autres vicaires épiscopaux du diocèse.

 

Màj : 31 mai 2013

 

Survol historique

L'histoire du diocèse remonte au 4e siècle, époque à laquelle vivait saint Servais, évêque de Tongres, où se trouvait le siège épiscopal avant d'être transféré à Maastricht. C'est l'évêque saint Hubert (né entre 656 et 658, décédé en 727), qui déplaça le siège épiscopal de Maastricht à Liège, lorsqu'il fit revenir à Liège les reliques de l'évêque saint Lambert où celui-ci avait été assassiné (en 705).

De 985 à la révolution de 1789, Liège a été la capitale d'une principauté ecclésiastique puissante.

Jusqu'en 1967, le diocèse comprenait les provinces de Liège et du Limbourg. En cette année, le Limbourg a été érigé en diocèse de Hasselt. Actuellement, les limites de la province de Liège correspondent à celles du diocèse.

Le 21 avril 1991, le Pape Jean-Paul II a béatifié Mère Marie-Thérèse Haze, qui a fondé en 1833 à Liège la Congrégation des Filles de la Croix.

Content also available in :