Petit patrimoine populaire wallon

La Région wallonne subsidie à concurrence de maximum 7.500 € les travaux d'entretien, de réfection, de rénovation ou de restauration des éléments constitutifs du petit patrimoine populaire wallon non classés qui présentent un caractère esthétique, historique ou exceptionnel.
On citera en particulier:

  • le petit patrimoine sacré: les croix, les calvaires, les potales, les clochetons d'appel, les cloches, les carillons, les orgues.
  • les ouvertures: portes, portails, portiques.
  • la mesure du temps et de l'espace: les horloges, les cadrans solaires, les girouettes.
  • l'ornementation en fer: les pièces ouvragées de protection (garde-corps, grilles), les pièces ouvragées de sécurité (serrures, gonds, heurtoirs, ...).
  • les arbres remarquables: les arbres liés à des croyances populaires ou à des pratiques religieuses (arbres à clous), arbres intimement liés à un lieu de culte, ...
  • l'art décoratif: les mosaïques, les peintures murales, les vitraux.

Condition: Il faudra que l'élément soit visible depuis la voirie ou accessible au public.
Les subsides seront attribués dans les limites des crédits budgétaires.

Le montant de la subvention: une subvention maximale de 7.500 (jusqu'à hauteur de 100%) est accordée pour des travaux d'entretien, de réfection, de rénovation et de restauration.
Les frais d'étude ne sont pas pris en considération.
Comment procéder?
Il faut introduire un dossier séparé par type de demande et par objet.
Cette demande sera accompagnée:
- d'un plan de situation de l'élément patrimonial faisant notamment apparaître que l'élément est accessible à tous ou largement visible du domaine public.

  • des indications détaillées et chiffrées des actes et travaux à l'aide de devis précis.
  • des photographies et/ou diapositives sous enveloppe.
  • Le dossier sera adressé à la D604 - Département du Patrimoine
  • Direction de la Restauration - Petit patrimoine populaire wallon
  • Rue des Brigades d'Irlande 1 à 5100 Jambes.

Je vous renvoie à l'article déjà publié sur le sujet en juin 2009. Vous noterez la modification du montant de l'intervention.

Les informations se trouvent sur le site de la Région wallonne-Petit patrimoine populaire wallon


Das neue Dekret über die materielle Organisation und die Funktionsweise der anerkannten Kulte in der deutschsprachigen Gemeinschaft (19. Mai 2008) sieht eine neue Aufsichtsinstanz für die Rechnungslegung der Kirchenfabriken vor.
Die Jahresrechnung und der Haushaltsplan werden zunächst dem Bischof zur Begutachtung vorgelegt. Liegt nach 45 Tagen keine Stellungnahme vor, gelten die vorgelegten Dokumente als angenommen. (Art. 35)
Der Bischof übermittelt dem Gemeinderat die vollständige Akte. Der Gemeinderat kann Einnahmenvoranschlâge und Ausgabenposten eintragen, verringern, erhöhen oder streichen und materielle lrrtümer berichtigen.
lm Falle der Ablehnung oder im Falle von Abänderungen des Haushaltsplanes durch den Gemeinderat künnen der Bischof und /oder die Kirchenfabrik der Regierung innerhalb von 45 Tagen nach Zustellung des Gemeinderatsbeschlusses die vollständige Akte unterbreiten, damit diese endgültig darüber befindet. (Art. 38)
Die Kirchenfabriken müssen ihr Recht auf Autonomie in Sachen Verwaltung und Organisation bewahren.
Ein eventuelles Eingreifen des Gemeinderates in die Verwaltung der Kirchenfabriken künnte das verfassungsmgige Unabhängig­keitsprinzip von Kirche und Staat beeinträchtigen.
Die Rendanten der Kirchenfabriken sollten dieser Problematik besondere Aufmerksannkeit schenken; sie sollten unverzüglich den Bischof zwecks Konzertierung über einen eventuellen Einspruch benachrichtigen.