Notre évêque nous parle

Tous les éditos > « Le Christianisme ne fait que commencer ! » Extraits choisis. (13/01/2015)


« La main à la pâte »


L’Evêque de Liège a insisté sur la potentialité de l’Evangile pour une société plus juste. Il a rappelé l’importance du cœur de la foi, l’amour de Dieu, de soi et des autres, du service. « Nous devons nous engager dans la joie de manière humaine, mettre la main à la pâte ! Un journaliste me demandait pourquoi le pape François avait autant de « succès », je lui ai répondu : le pape François est authentique, il touche le cœur des gens !»


Monseigneur Delville a appelé à se poser la question : « Comment puis-je me mettre au service des autres, m’ouvrir à la pauvreté de l’autre (un ado en crise, un pauvre, un malade, à une personne seule) ? »


« L’Evangile construit une culture de la solidarité, de dialogue ! »


 


Jean-Pierre Delville a évoqué l’horreur des récents événements, les attentats à Paris et les guerres. Il a souligné que les guerres en Syrie, en Irak au Nigeria avaient des répercussions chez nous et qu’il fallait y prêter toute notre attention, favoriser le dialogue.


« L’Evangile construit une culture de la solidarité. Les guerres en Syrie et en Irak se répercutent chez nous. Elles formatent des gens, des jeunes, qui deviennent des bombes humaines à retardement. Il faut donc arrêter les guerres ! Pour cela, il faut dialoguer. Dans le cas de la Syrie, il faudrait ouvrir le dialogue avec son dirigeant Vladimir Poutine, oui mais alors, l’Ukraine ? C’est délicat !  Nous devons croire au dialogue, nous devons dépasser les à priori, aller plus loin que les slogans ! »


 


« Il ne faut pas faire de l’activisme et évitons le vedettariat ! »


Monseigneur Delville a rappelé que le christianisme donnait de l’espérance depuis ces débuts en rendant la dignité humaine à tous les hommes et femmes de ce monde. « Nous devons éviter tout activisme, vedettariat. La logique humaine pousse parfois à la logique du pouvoir mais l’esprit évangélique nous appelle à travailler la dimension de l’amitié, de l’amour ! » Et prendre le temps aussi de marquer des temps d’arrêt pour la prière, le recul, la lecture des textes. Il a insisté sur l’importance de l’exégèse.


 


« Il faut travailler à une gouvernance mondiale, l’Europe est modèle ! »


L’actualité dans le monde a évidemment été au centre des questions réponses après la conférence. Monseigneur Delville a souligné la nécessité de travailler à la gouvernance mondiale pour éviter les inégalités qui engendrent conflits et violences. « Depuis Jean-Paul II, le saint Siège valorise une gouvernance mondiale. Dans notre société, il y a le mystère du mal. Il nous faut un corps protecteur de notre société pour aboutir à un équilibre. Certains pays n’ont plus d’Etat, la Somalie, la Lybie… C’est le chaos.


 


L’Europe, en ce sens, est un modèle avec sa volonté de mettre en place une législation commune. »


« L’église a compris la liberté d’expression, d’association »


 Face aux questions sur la vague « Je suis Charlie », l’Evêque de Liège est revenu sur son analyse que vous trouverez sur la page du diocèse « Je suis Charlie, la réponse publique ». Il a rappelé que l’Eglise a bien compris la liberté d’expression, d’association, en soulignant qu’il ne faut pas oublier l’importance de l’interprétation et de préciser : « Cette liberté doit être encadrée par des lois, s’inscrire dans la relation, elle passe par l’humain ! »


 



Accéder à tous les éditos