Notre évêque nous parle

Tous les éditos > Homélie du 21e dimanche A, Cras-Avernas, 27 août 2017, Ordre du Saint-Sépulcre (28/08/2017)


Homélie 21e dimanche A - Cras-Avernas, 27 août 2017


Ordre du Saint-Sépulcre


Jean-Pierre Delville, évêque de Liège


 


Chers Frères et Sœurs,


En cette belle journée de retrouvailles, la liturgie d’aujourd’hui nous invite à faire des choix, à découvrir qui est Jésus et comment nous engager pour lui. Dans l’évangile que nous venons d’entendre (Mt 16,13-20), Jésus pose une question à ses disciples: « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Ce n’est pas une question rhétorique, comme la question d’un professeur qui s’adresserait à ses élèves et leur poserait une question en sachant déjà la réponse : Quelle est la capitale de la Belgique ? Quelle est la capitale du Kazakhstan ? [Astana ! à Liège, on s’en souvient : Astana lui a damé le pion pour organiser l’exposition internationale de 2017 !]. C’est une question personnelle, qui doit permettre à Jésus de préciser son identité et sa mission, grâce au regard des autres. Jésus obtient différentes réponses : Jean-Baptiste, Élie, Jérémie, l’un des prophètes. Aujourd’hui, si on posait cette question dans une enquête, on aurait sans doute aussi des réponses différentes: Jésus est un homme extraordinaire, un grand spirituel, un exalté, un rêveur, un guérisseur, un meneur d’hommes, un prophète, un visionnaire, un fondateur de religion, le Dieu des chrétiens,…


Mais Jésus renvoie la question aux disciples : « Pour vous, qui suis-je ? » Cela devient une question très personnelle – qui est posée aussi à chacun d’entre nous. Simon-Pierre répond : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » (Mt 16,16 – une référence évangélique facile à retenir !). Il donne une réponse audacieuse. Il montre que pour lui, Jésus est le consacré de Dieu, le Messie, en grec le Christ, quelqu’un en qui il met toute sa confiance ! Cependant Simon-Pierre ne comprend pas tout-à-fait ce qu’il dit. Dans la suite de ce texte, Jésus annonce sa passion, sa mort et sa résurrection et Simon-Pierre le réprimande ; malgré cette compréhension difficile de l’apôtre, Jésus retient d’abord que le disciple a reconnu son identité profonde ; il lui rend la pareille, dans une répartie qui est marquée par la réciprocité et lui dit : « Heureux es-tu, Simon, fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux ». Jésus répond à Simon en lui disant à son tour son identité : « Tu es Pierre », c’est-à-dire « roc », « kephas » en araméen. C’est un nouveau nom qui est attribué à Simon, c’est comme une nouvelle naissance. En effet, Simon est la base de l’Église. C’est sur lui qu’elle sera bâtie et grâce à lui qu’elle sera indéfectible : « Sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »Jésus donne à Pierre la mission de lier et de délier ; il corrobore à l’avance ce que Pierre fera. C’est une grande confiance qu’il lui montre. Jésus garantit la fidélité de l’Église au projet de Dieu sur elle. Il y a donc un projet d’Église du vivant de Jésus : c’est une des rares fois où le mot Église apparaît dans les évangiles.


Dans l’ordre du S. Sépulcre, nous sommes particulièrement appelés à suivre cette voie : celle de reconnaître en Jésus le Fils de Dieu et en Pierre le roc qui fonde l’Église. Cet après-midi nous permet de renforcer les liens entre nous, pour former l’Église et de faire confiance à Pierre et à son successeur le pape François, dans notre vie chrétienne. Nous nous engageons en faveur de la Terre Sainte. Soyons fermes dans notre foi et notre engagement. Le monde actuel a grand besoin de notre foi et de notre témoignage !


Amen ! Alleluia !


+ Jean-Pierre DELVILLE, Evêque de Liège.



Accéder à tous les éditos