Notre évêque nous parle

Tous les éditos > Message de Noël aux familles de Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège (23/12/2016)


 


Message de Noël 2016


Noël et les familles : de Liège à l’univers


 Jean-Pierre Delville, évêque de Liège


 


Chers Amis, chers Frères et Sœurs !


 


En ce jour de Noël, nous nous retrouvons souvent en famille. Nous avons programmé la rencontre parfois depuis longtemps. Nous sommes heureux de nous rencontrer. Noël, c’est la fête des familles. Car à Noël nous fêtons la naissance de Jésus au sein du couple de Marie et Joseph.


 


La famille de Jésus, Marie et Joseph


 


Cette histoire du couple de Joseph et Marie, c’est un petit drame, c’est un vrai roman ! Elle est racontée dans l’évangile de Matthieu (Mt 1,18-25), dans un passage qu’on a lit à la messe de la veillée de Noël. Matthieu raconte que Joseph avait une fiancée, du nom de Marie ; il l’aimait bien, il avait préparé une maison pour elle, il avait prévu la date du mariage et du déménagement. Puis, arrive la mauvaise surprise : Marie est déjà enceinte ! Le rêve s’écroule : le projet de la vie à deux s’évanouit, il faut y renoncer, car il semblerait que Marie ait un autre homme dans sa vie. Et comme Joseph est un homme de cœur, il décide en lui-même de ne pas faire de scandale, de ne  pas stigmatiser Marie et de se séparer d’elle en secret.


Cependant, l’histoire ne se termine pas sur cet échec ! Un événement va changer le cours des choses. Une nuit, Joseph durant son sommeil, voit apparaître un ange du Seigneur, qui lui dit de ne pas avoir peur de prendre Marie chez lui. Donc Joseph ne doit pas repousser son rêve de vie familiale, il doit le relancer d’une manière nouvelle. Il doit ouvrir les mains à la nouveauté, à l’inconnu ! Il apprend que l’enfant qui est engendré en Marie vient de l’Esprit Saint, c’est-à-dire l’Esprit de Dieu. Donc Dieu est présent dans leur projet de vie familiale. L’ange demande de donner à l’enfant le nom de « Jésus », ce qui veut dire « Dieu sauve ». Et voilà qu’est formulé le grand rêve : « Cet enfant sauvera son peuple de ses péchés ». Joseph va donc retrouver Marie, mais en plus il va entrer dans l’histoire : leur enfant élargit sa famille aux dimensions de toute l’humanité et il va sauver « sauver son peuple de ses péchés ».


Qu’est-ce que cela veut dire « sauvera son peuple de ses péchés » ? Est-ce que le peuple d’Israël était si méchant et faisait plus de péchés qu’un autre peuple ? J’ai regardé au dictionnaire grec le sens du mot grec amartia qu’on traduit par « péché ». En fait, ce mot veut dire d’abord : erreur, faute, égarement. Donc « sauvera le peuple de ses péchés » signifie sauver les gens de leurs erreurs et de leur égarement.


 


Des familles de Liège à celles de tout l’univers


 


Cette histoire ressemble à des situations que nous connaissons aujourd’hui ! C’est l’histoire d’un couple qui tourne mal. Cela ressemble à des histoires de séparations ou de divorces, telles que nous les connaissons. Une histoire de rêve brisé. Sans doute que nous aussi, dans nos familles, au diocèse de Liège, nous vivons des situations de séparation. Nous savons que c’est dur à vivre.


Cela est très actuel : nous nous rendons tous compte que nous faisons des erreurs dans la vie, que nous perdons le bon chemin parfois et que cela occasionne des torts aux autres. On a besoin d’être éclairé et d’être guidé pour éviter les erreurs dans la vie et sortir du brouillard qui nous entoure parfois.


Quant à  « sauver son peuple de ses péchés », c’est tout aussi actuel. Cela signifie que Dieu nous sauve de nos erreurs et de nos égarements. Nous en avons bien besoin. Tous nous faisons des erreurs, qui causent du tort à nous comme aux autres. Dieu nous en sauve. Ceci veut dire qu’à Noël, nous fêtons non seulement notre famille, mais nous fêtons toute l’humanité comme une grande famille. À travers notre famille, Dieu nous fait entrer en relation avec toutes les familles de l’univers, parce que nous découvrons qu’il est notre père et que nous sommes tous frères et sœurs. Tous, nous avons besoin d’être sauvés.


 


Le message du pape François aux familles


 


Cette année justement le pape François a publié une lettre apostolique sur la famille. Après deux synodes d’évêques tenus à Rome sur la famille en 2014 et 2015, il a publié en conclusion son exhortation apostolique sur la famille, qu’il a appelée « Amoris laetitia », c’est-à-dire « la joie de l’amour ». Le pape nous y montre l’origine de la famille chrétienne, dans la Bible et dans l’histoire ; dans le chapitre 4, il insiste aussi sur la force de l’amour qui tient debout les familles ; le pape y reprend les mots de saint Paul, dans sa première lettre aux Corinthiens (1 Cor 13, 4.7-8) : « L’amour prend patience, l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas, il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil. Il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais »


Dans le chapitre 8, le pape François affronte les situations complexes, en particulier celles les divorcés remariés civilement, celles des couples homosexuels ou celles des couples qui n’osent pas faire le pas du mariage. Car il n’y a pas que des familles unies, il y a aussi des familles à problème, des familles complexes, comme dit le pape François. Spécialement dans ces situations-là, faut vivre la miséricorde et la compréhension. Le pape invite donc chaque famille à vivre l’espérance, à ne pas se laisser abattre, à être actrice dans l’histoire, comme la petite famille de saint Joseph.


Le pape François pense aussi aux familles du monde qui vivent de grandes souffrances dans des situations de guerre ou d’injustice. Face aux violences de notre monde, qui mettent sur les routes de l’exil de nombreuses familles, le pape nous invite à l’accueil et à l’engagement. Ainsi nous participerons au salut de toute l’humanité, c’est la grande mission que Jésus nous a donnée. En effet la famille de Jésus est un peu le symbole de chaque famille du monde : elle a connu des joies et des traumatismes, mais elle a élargi son amour aux dimensions de toute l’humanité.


 


Mes vœux pour les familles du diocèse de Liège


 


Alors quel sera mon vœu pour les familles du diocèse de Liège ?


J’espère que chacune des familles, à travers ses joies et ses peines contribuera au bonheur de tous, si elle se laisse inspirer par l’Esprit Saint, par l’Esprit de Jésus, qui est à l’œuvre aujourd’hui dans tous les cœurs !


Joyeux Noël à tous et à toutes vos familles ! Joyeux Noël au diocèse de Liège !



Accéder à tous les éditos