Notre évêque nous parle

Tous les éditos > Homélie de Pentecôte - 25 juin 2017 - Confirmations à Moha (27/06/2017)


Pentecôte, 25 juin 2017 - Confirmations à Moha


 


Chers Frères et Sœurs, Chers Confirmands,


 


 Avant toute chose, je voudrais vous remercier pour les lettres que vous m’avez écrites afin de demander la confirmation.


Certains m’écrivent pour décrire leur foi :


« Je crois en Dieu et j’ai appris à prier. Je sais que Jésus nous aime et qu’il nous demande d’aimer les autres ».


« Je fais du foot, j’y joue souvent ! Mais malgré ça, j’ai quand même trouvé du temps pour Jésus (au caté, prier, le soir, parfois le matin ».


« J’ai envie de continuer à croire en Dieu et son fils le ressuscité, pour qu’il m’aide à avancer ».


« Jésus est plus important que mes activités et que l’école. Pendant ma retraite j’ai aimé quand on a chanté plusieurs chansons tous ensemble, quand on a dû aller parler au prêtre pour recevoir el pardon ».


« Je souhaite être envahie par l’Esprit d’amour et de paix car j’ai besoin de Dieu pour avancer ».


« Je voudrais oser dire et vivre ma foi chrétienne ».


« Je souhaite être envahie par Dieu d’amour et de paix car j’ai besoin de Dieu pour avancer ».


« J’ai bien aimé le calme et le beauté de la chapelle pour prier ».


« J’ai particulièrement aimé la retraite, cela change mes habitudes. On a prié, on a chanté mais recevoir le pardon m’a fait vraiment du bien ».


« L’Esprit m’aidera à être témoin de Jésus et à m’investir pour aider les autres et m’engager dans la vie de l’Église ».


Qu’est ce la Confirmation pour vous ? Voici une série de réponses à cette question.


« J’ai choisi de demander ma confirmation ; car je voulais avoir quelqu’un pouvant me consoler mais aussi pour me confier ; et faire partie du peuple chrétien ».


« Je décide de demander le sacrement de confirmation librement parce que je veux remémorer le sacrement de baptême et prendre un nouveau départ dans ma vie chrétienne ».


« Je souhaite recevoir le sacrement de la confirmation car je voudrais que l’Esprit Saint me fasse avancer ».


 


Qu’est-ce que la vie pour vous ? Question centrale ! Voici quelques unes de vos réponses.


« Je veux donner un sens à ma vie et la bâtir sur le Christ, qu’il soit mon roc ».


« J’aimerais garder toujours mon cœur d’enfant malgré les violences, attentats, etc, qui nous entourent ».


Une motivation importante pour demander la confirmation est la communauté chrétienne :


« J’aime bien les messes des familles, car après, pendant le verre de l’amitié, on parle ensemble et on apprend beaucoup de choses sur nos amis ».


« Ce qui me fait le plus plaisir, c’est d’être acolyte ».


« J’aimerais continuer à me faire d’autres amis pour partager de bons moments ensemble ».


« Pendant les deux années de préparation, mon groupe accompagné par Sr Liliane était joyeux et m’a aidée à m’accrocher encore plus à la famille des chrétiens ».


« J’aimerais aussi être plus reconnu par la communauté chrétienne ».


Vous cherchez à vivre intensément. C’est beau ! Vous voulez faire quelque chose de votre vie. C’est un peu comme les premiers disciples de Jésus. Nous savons d’après les Actes des Apôtre que, malgré la mort de Jésus, les disciples restaient ensemble, avec Marie et d’autres femmes, et ils se retrouvaient dans la pièce même où ils avaient pris le dernier repas avec Jésus (Ac 2,1-11).


Ils restaient fidèles, malgré l’absence corporelle de Jésus. Cette fidélité dans la prière leur a permis de vivre ensemble une expérience extraordinaire, une nouvelle manifestation de Dieu, le don d’une nouvelle parole : ils reçoivent le don de l’Esprit de Dieu, l’Esprit Saint et le don d’une nouvelle parole, le don des langues. De même aujourd’hui des jeunes vont recevoir ce don de l’Esprit Saint, cette nouvelle présence de Dieu et de sa parole en eux, par le sacrement de la chrismation ou confirmation (Jn 16,12-15). Comme dit Jésus : « Lorsque viendra l’Esprit de vérité, il vous fera accéder à la vérité tout entière, car il ne parlera pas de son propre chef, mais il dira ce qu’il entendra et il vous communiquera tout ce qui doit venir ». « Marchons sous l’inspiration de l’Esprit », dit saint Paul.


Esprit signifie souffle. En français on retrouve la racine de ce mot dans les termes respiration, inspiration, expiration. C’est ainsi que l’Esprit est entendu par les disciples sous la forme d’un coup de vent violent, qui secoue la maison où ils se trouvaient. On pourrait dire que cette secousse est l’image d’une secousse intérieure de leur vie spirituelle. Leur vie intérieure va être bouleversée. Ensuite l’Esprit est vu sous forme de langues « qu’on aurait dites de feu » et qui se posèrent sur chacun d’entre eux. Ces langues symbolisent la nouvelle langue que les disciples vont parler, une langue de feu, un langage enthousiasmé et enthousiasmant. Les disciples furent en effet remplis d’esprit saint, de souffle saint.


Sur ce, ils sortent de la maison et se mettent à parler en rue. Et les gens les comprenaient dans leur propre langage. Les disciples parlent une langue qui rejoint le langage des gens de la rue. On pourrait dire qu’ils parlent la langue de l’amour, qui est une langue universelle. Ils n’ont plus peur comme avant. Précédemment ils avaient peur et restaient renfermés. Nous aussi il nous arrive d’avoir peur de parler. Eh bien, les disciples de Jésus, eux, ont vaincu cette peur le jour de la Pentecôte. Et comme ils parlent avec force le langage de l’amour, tout le monde les comprend.


La Pentecôte, c’est l’espérance de la paix dans le monde. C’est la compréhension de toutes les langues et toutes les cultures du monde. Vous avez entendu énumérer toutes les nations qui se trouvaient à Jérusalem le jour de la Pentecôte. Toutes se comprennent et comprennent le langage des disciples. C’est le contraire de la tour de Babel, où toutes les nations se sont dispersées parce qu’elles ne se comprenaient plus.


Donc prions pour toute notre humanité afin qu’elle trouve le chemin de la paix. Prions pour les confirmands, qui vont recevoir cet esprit de paix et de dialogue. Prions pour les parents, les parrains et marraines et toutes les familles, pour qu’ils témoignent de cette foi dans leur entourage. Prions pour chacun de nous, afin que nous animions l’Esprit de Dieu en nous et que nous en soyons les témoins autour de nous. Amen !


+ Jean-Pierre Delville,


Evêque de Liège.



Accéder à tous les éditos