Notre évêque nous parle

Tous les éditos > Confirmations à Bas-Oha, 25 juin 2016 (30/06/2016)


Confirmations à Bas-Oha, 25 juin 2016


Jean-Pierre Delville, évêque de Liège


 


Chers Frères et Sœurs, Chers Confirmands,


 


Avant toute chose, je voudrais vous remercier pour les lettres que vous m’avez écrites afin de demander la confirmation. Vous m’avez écrit de nombreuses lettres. Je voudrais d’abord lire quelques extraits qui concernent votre démarche de foi, par exemple : « Pour moi, être chrétien, c’est croire au Père le tout aimant ; au Fils, le bon berger ; et à l’Esprit Saint qui me conseille ».


« Un jour en pleine période de souffrance et de doute en moi, j’ai prié. Et à ce moment là j’ai retrouvé confiance en Dieu ». « Je crois au message de Jésus ».


« Le fait de croire en Dieu me donne de la force et du bien-être ».


 Votre foi vous pousse à faire une démarche d’Eglise et à demander le sacrement de confirmation : « C’est pour confirmer le sacrement que mes parents m’ont fait donner le jour de mon baptême ; mais aujourd’hui c’est moi qui décide de venir. Pour moi Dieu est une deuxième famille ». « Je voudrais avoir ma place dans l’Eglise ». « Je voudrais être fidèle à Jésus et rester témoin de Dieu ». « Je veux me laisser traverser par l’Esprit de Dieu ».


Et c’est pourquoi vous, les confirmands, vous êtes là avec vos parrains, marraines, parents, familles, amis, dans le cadre de cette unité pastorale de Wanze en cette église de Bas-Oha. Vous allez recevoir ce don de l’Esprit Saint, cette nouvelle présence de Dieu et de sa parole en vous, par le sacrement de la chrismation ou confirmation. Esprit signifie souffle. En français on retrouve la racine de ce mot dans les termes respiration, inspiration, expiration. Jésus était rempli de cet Esprit divin. Il lit dans l’Ecriture la phrase d’Isaïe (Lc 4, 16-21) : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. » Cet Esprit nous engage au service des autres : porter la bonne nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue ». Ainsi le monde est rendu meilleur.


À ce sujet, je voudrais citer certaines de vos lettres qui insistent sur cette espérance que nous donne Jésus : « Je demande la confirmation car je veux continuer sur le bon chemin, le chemin de Jésus ».


« Je veux prendre un nouveau départ dans ma vie chrétienne ».


« Je rêve d’une vie pleine de joie, entouré de tous ceux que j’aime »


« J’espère que la foi me guidera dans cette longue aventure ».


« Je pourrai ainsi affronter chaque nouvelle phase dans ma vie ».


« Je suis heureuse de vivre dans cette société. J’ose espérer que les jeunes de mon âge pensent comme moi et que nous irons vers un monde meilleur »


Frères et Sœurs, ce qui est dit à propos de Jésus n’est pas simplement un rêve de futur, cela s’applique à nous aujourd’hui : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre », dit Jésus. Donc à partir de notre écoute, l’écoute de la Parole de Dieu, nous devenons des acteurs. L’écriture devient ouverture au monde. « Laissez l’Esprit Saint conduire votre vie », dit saint Paul. C’est un souffle qui nous pousse. On en a bien besoin aujourd’hui ! Parfois on dit qu’on est fatigué, qu’on n’en peut plus ! On a donc besoin d’un souffle pour nous conduire, pour nous pousser. L’Esprit-Saint est un souffle d’amour, qui combat les désirs mauvais. Nous avons grand besoin de témoins de la paix dans notre monde où il règne tant de guerres et de violence. La confirmation, c’est l’espérance de la paix dans le monde.


Je reprends encore vos lettres. Vous écrivez de belles choses au sujet de cet engagement dans l’amour : « J’aimerais que la paix règne partout dans le monde, qu’on accepte les différences entre humains, car nous faisons tous partie de la même grande famille ».


« Ma prière se tourne vers les pauvres et les malheureux, pour qu’ils retrouvent le sourire et la joie de vivre ».


« Cette confirmation fortifiera mon engagement aux valeurs chrétiennes et m’aidera à vivre et à partager avec les autres ».


« Je voudrais faire grandir l’amour », conclut quelqu’un


Dans cette ligne, je voudrais terminer en vous racontant une expérience vécue. J’ai rencontré récemment un groupe de jeunes qui est allé faire l’animation du camp d’accueil des réfugiés de Spa. Ils sont allés visiter les prisonniers et « annoncer aux captifs leur libération ». Comment ? Ils ne savaient pas parler l’arabe, la langue des enfants réfugiés. Mais ils ont chanté des chansons avec gestes ; cela a été un grand succès. C’est donc important d’accueillir les réfugiés avec le langage de l’amour. Ainsi les jeunes ont libéré les réfugiés de leur isolement. C’est la compréhension de toutes les langues et toutes les cultures du monde, comme le jour de la Pentecôte, où les disciples de jésus, avec Marie, ont reçu le don de l’Esprit Saint sous forme de langues de feu. L’Esprit leur donnait le feu intérieur et la langue extérieure pour communiquer l’amour.


Donc, Frères et Sœurs, chers Confirmands, prions pour toute notre humanité afin qu’elle trouve le chemin de la paix. Prions pour vous qui allez être confirmés, qui allez recevoir cet esprit de paix et de dialogue. Prions pour les parents, les parrains et marraines et toutes les familles, pour qu’ils témoignent de cette foi dans leur entourage. Prions pour chacun de nous, afin que nous ranimions l’Esprit de Dieu en nous et que nous en soyons les témoins autour de nous. Amen !


+ Jean-Pierre Delville,


Votre évêque


 


 



Accéder à tous les éditos