Notre évêque nous parle

Tous les éditos > Homélie pour les 800 ans de l’abbaye du Val-Dieu 2 juillet 2016 (04/07/2016)


Homélie pour les 800 ans de l’abbaye du Val-Dieu


2 juillet 2016


Jean-Pierre Delville, évêque de Liège


 


 


Chers Frères et Sœurs,


 


C’est une joie pour moi de célébrer avec vous cette eucharistie pour les 800 ans de l’abbaye du Val-Dieu. Nous fêtons dignement cet anniversaire aujourd’hui dans le cadre de cette journée de Lecture continue de la Bible, ouverte à tous. Si la prière est toujours bien présente au cœur de l’abbaye, c’est grâce à la communauté du Val-Dieu, qui a pris le relais des moines cisterciens ; je la remercie spécialement pour cette initiative de lecture de la Bible et de célébration de l’eucharistie. Un lieu de prière et d’accueil au centre du Pays de Herve, c’est aussi un lieu de rayonnement et de mission dans notre monde.


Comme le dit Jésus (Mt 9, 15), « les invités de la noce pourraient-ils faire pénitence pendant le temps où l’Époux est avec eux ? » Nous sommes aujourd’hui invités à la noce, nous sommes invités à la fête, nous sommes même invités à un repas : c’est que l’Époux est avec nous ! L’Époux : c’est ainsi que Jésus se désigne lui-même. L’Époux, dans l’Ancien Testament, représente Dieu lui-même dans son rapport d’amour avec l’humanité. Dieu recherche la relation avec l’être humain pour l’entraîner dans une relation d’amour. Dieu veut écrire une histoire d’amour dans l’humanité, Dieu veut stimuler l’amour au sein de l’humanité, il ne veut pas que l’homme soit livré à lui-même et à sa solitude. C’est ce qu’on voit dans le Cantique des cantiques, un livre biblique que saint Bernard a beaucoup commenté. Pour saint Bernard, le Cantique des cantiques représente le dialogue entre l’âme humaine et le Christ. C’est donc une interpellation personnelle adressée à chacun d’entre nous. Comment, dans ma vie, est-ce que je réponds à cet appel du Seigneur, qui veut m’aimer et écrire une histoire d’amour avec moi ?


Jésus, qui, dans l’évangile que nous avons lu, se voit comme l’époux, ajoute que nous sommes invités à la noce, comme les disciples, qui sont les amis de l’époux. C’est une histoire de joie et de vie communautaire. C’est aussi ce que nous vivons ici. On vit la noce de Jésus, on reçoit le vin nouveau qui est mis dans des outres nouvelles. Cette communauté que nous formons a beau être installée dans des anciens bâtiments, elle est cependant un vin nouveau dans des outres neuves : parce qu’elle a donné une nouvelle âme à cette abbaye et une nouvelle âme à cette région.


 


Chers Frères et Sœurs,


 


 


La joie qui nous rassemble doit être communicative. Dans notre monde, on a besoin de cette joie, de cet esprit de noce ! La noce, c’est un signe d’amour et de fidélité. Aujourd’hui, l’amour a la cote, mais pas la fidélité. On est davantage dans le moment présent. Jésus quant à lui nous invite à une fidélité, même dans les mauvais moments ; comme il le dit : « Un temps viendra où l’époux leur sera enlevé ». Jésus fait allusion à sa passion, à son absence. Mais il sait qu’il sera fidèle. Et il nous invite à être fidèles nous aussi. Les 800 ans de l’abbaye sont l’occasion d’une mission et de nombreux contacts. J’espère que chacun pourra en témoigner. J’espère que chacun d’entre vous rentrera chez lui en sachant ce qu’il racontera autour de lui. Il est important d’être missionnaire à partir de l’expérience vécue. Remercions le Seigneur pour ce jour qu’il nous donne et pour l’invitation qu’il nous adresse de participer à ses noces avec l’humanité !


+ Jean-Pierre Deville,


Votre évêque



Accéder à tous les éditos