Notre évêque nous parle

Tous les éditos > Homélie 1er dimanche Carême 2016 - Appel décisif des catéchumènes à la Cathédrale de Liège le 14 février 2016 (14/02/2016)


Homélie 1er dimanche Carême 2016


Appel décisif des catéchumènes


Cathédrale de Liège


14 février 2016


 


 


Chers Frères et Sœurs, chers Catéchumènes,


 


 


Ce premier dimanche de Carême est un grand jour pour nous tous, mais spécialement pour vous, les catéchumènes, puisqu’aujourd’hui vous allez être appelés et présentés à la communauté chrétienne en vue de recevoir le baptême autour de la fête de Pâques. Le baptême est donné de manière préférentielle à Pâques et il est préparé durant tout le carême. Les 40 jours du Carême nous préparent à fêter Pâques, à faire avec Jésus le passage de mort à la résurrection, puisque « Pâques » signifie « passage », passage de la mort à la vie.


 


Pour vous préparer, vous m’avez écrit des lettres de demande de baptême. En lisant vos lettres, j’ai été frappé par deux choses. La première, c’est la grâce que vous avez reçue dans votre vie et qui vous a fait cheminer vers le baptême. Comme l’écrit quelqu’un : « Le désir d’être baptisé est, me semble-t-il, un don, celui de Dieu ». Ou encore « Les difficultés de la vie nous font comprendre la nécessité de Dieu dans notre quotidien », en particulier parce qu’il nous accorde le pardon et nous invite à pardonner. « Je veux me laisser traverser par l’Esprit pour recevoir sa force ». « Depuis que je suis catéchumène, je me sens forte face à tout le monde. J’ai l’impression de ne plus être seule chaque jour qui passe ». « J’ai gouté à ce désir du Christ, j’ai ressenti un besoin de connaître son enseignement ».


 


La deuxième chose qui me frappe, quand je lis vos lettres, c’est l’importance des personnes que vous avez rencontrées et qui vous guident sur le chemin de la foi. Ce peuvent être des prêtres, des catéchistes, le conjoint, les enfants même, des amis, des gens de vos familles, le Service diocésain du catéchuménat, etc… Vous découvrez en effet qu’on ne vit pas sa foi tout seul, mais en communauté. Et c’est pourquoi nous sommes tous réunis en cette après-midi autour de vous les catéchumènes, pour former ensemble une communauté.


 


Nous préparer à Pâques, nous préparer à célébrer la résurrection, suppose que nous marchions sur les pas de Jésus. Mais Jésus, à son tour, marche sur les pas des hommes et nous découvrons aujourd’hui qu’il est sujet à la tentation, comme chacun de nous. Cependant il nous aide à affronter et à surmonter les tentations.


 


La première tentation est celle du pain dans le désert. Jésus a faim après 40 jours de jeûne (Lc 4,1-11). C’est normal d’avoir faim. Mais Jésus est tenté d’abuser de son pouvoir de fils de Dieu, il est tenté de changer les pierres en pain, il est tenté de faire un coup de magie, pour satisfaire son désir immédiat. Il est tenté d’abuser de son identité de fils de Dieu avoir une satisfaction matérielle. C’est pourquoi Jésus répond au diable par une parole de l’Écriture : « l’homme ne vit pas seulement de pain ». La tentation est celle de la satisfaction immédiate, celle de l’abus de l’avoir. La réponse est dans l’Écriture, dans la Parole de Dieu, qui nous accompagne !


 


La seconde tentation est celle du pouvoir. C’est très normal aussi. Tout le monde a envie d’avoir un certain pouvoir. Le diable montre à Jésus tous les royaumes de la terre. Il lui dit : Je te donnerai tout pouvoir sur cela, car cela m’a été transmis. « Si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela ». La tentation est celle de l’abus du pouvoir. Cela nous arrive souvent : on veut dominer ceci ou cela. Jésus répond de nouveau par une parole de l’Écriture : « Il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras ». Cette parole de l’Écriture nous invite à trouver en Dieu notre pouvoir.


 


La troisième tentation est celle de l’abus de la religion, du détournement de la religion, face au mystère de la vie et de la mort. Le diable conduit Jésus à Jérusalem au sommet du temple. Il lui dit : « SI tu es fils de Dieu : jette toi en bas ». Et ici c’est le Diable lui-même qui utilise l’Écriture sainte. Il dit : « Il est écrit que Dieu donnera pour toi à ses anges l’ordre de te garder ». Jésus répondit qu’il est écrit : « tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu ». Ici la tentation est de prier de manière à mettre Dieu à notre service. C’est la tentation de l’abus de la religion, du détournement de la religion, face à la vie, face à la mort. C’est ce que font certains extrémistes. Mais c’est aussi notre tentation : celle de prendre Dieu pour une marionnette qui est à notre service. Or Dieu est toujours plus grand que nous, plus grand que ce que nous en comprenons.


 


Chers Frères et Sœurs, chers Catéchumènes, remercions le Seigneur qui nous éclaire aujourd’hui sur les tentations que nous vivons dans notre vie et qui nous accompagne pour les affronter. Grâce à Jésus, nous pouvons passer à travers ces tentations. Il nous accompagne et nous en délivre grâce à la parole de Dieu, qui nous guide et nous éclaire, tout au long de nos vies. Amen !


 


+ Mgr Jean-Pierre Delville


Votre évêque



Accéder à tous les éditos