Notre évêque nous parle

Tous les éditos > Mot de l'évêque : La marche de l'année nouvelle (EDL Janvier-Février 2017) (23/12/2016)


 


La marche de l’année nouvelle


 


Chers Frères et Sœurs,


 


Bonne et sainte année 2017 à tous et à toutes !


 


En ce début d’année, je vous invite à marcher : je vous invite à la marche interreligieuse pour la Paix, depuis l’hôtel de ville de Liège (façade arrière) jusqu’à la place Saint-Paul, le jour du Nouvel An à 16 h. C’est une belle manière de commencer l’année !


Marcher sera un maître mot pour nous durant cette année 2017. « Lève-toi et marche ! », disait Jésus au paralytique (Mt 9,5). Dans chaque Unité pastorale, nous sommes invités à marcher dans la foi et à transmettre cette foi : concrètement, nous sommes invités à avancer dans la Consultation diocésaine sur la catéchèse. C’est une marche qui nous conduira aux Assises de la catéchèse le 30 septembre. N’oubliez pas de participer à cette consultation au cours des mois qui viennent !


Pour nourrir notre marche, le pape François nous invite, par sa lettre apostolique « Misericordia et misera », du 20 novembre 2016, à ne pas oublier la miséricorde, même si l’année jubilaire de la miséricorde est terminée. « Le Jubilé s’achève et la Porte Sainte se ferme. Mais la porte de la miséricorde de notre cœur demeure toujours grande ouverte. Nous avons appris que Dieu se penche sur nous pour que nous puissions, nous aussi, L’imiter et nous pencher sur nos frères » (§ 16). J’en profite pour remercier tous ceux qui, dans notre diocèse, ont œuvré dans les neuf sanctuaires de l’année de la miséricorde. Les bilans reçus sont très positifs et manifestent la créativité déployée en chacun de ces lieux.


« La miséricorde, précise le Pape, ne peut être une parenthèse dans la vie de l’Église, mais elle en constitue l’existence même, qui rend manifeste et tangible la vérité profonde de l’Évangile » (§ 1). Elle est reçue d’abord dans la liturgie et dans les sacrements. Elle se trouve aussi dans la lecture de la Parole de Dieu. C’est pourquoi le Pape nous invite à choisir un dimanche de l’année comme Journée de la Bible : « Il serait bon qu’un dimanche de l’année liturgique, chaque communauté puisse renouveler son engagement à diffuser, faire connaître et approfondir l’Écriture Sainte : un dimanche entièrement consacré à la Parole de Dieu pour comprendre l’inépuisable richesse qui provient du dialogue permanent entre Dieu et son peuple » (§ 7). À nous de choisir le dimanche qui convient !


Ainsi inspirés par la Parole de Dieu, nous nous mettons en marche pour exercer la miséricorde. « La miséricorde renouvelle et libère car elle est la rencontre de deux cœurs : celui de Dieu qui vient à la rencontre de celui de l’homme » (§ 16). Le Pape précise ensuite ce processus : « Je suis aimé, donc j’existe ; je suis pardonné, donc je renais à une vie nouvelle ; il m’a été fait miséricorde, donc je deviens instrument de miséricorde ». Pour exercer les œuvres de miséricorde, le Pape fait la proposition suivante : « J’ai eu l’intuition que, comme dernier signe concret de cette Année Sainte extraordinaire, on devait célébrer dans toute l’Église, le 33ème Dimanche du Temps ordinaire, la Journée mondiale des pauvres » (§ 21). Voilà donc une date à retenir déjà, le 19 novembre 2017 !


Restons dans l’esprit de Noël, qui nous a fait découvrir Dieu dans un enfant, Dieu dans l’espérance de vie, à partir de la petitesse et de la pauvreté. Noël c’est la marche des bergers vers la crèche. Noël, c’est la marche des mages vers l’enfant de Bethléem, marche que nous allons célébrer à l’Épiphanie, le 8 janvier. Noël, c’est une nouvelle naissance qui nous permet de marcher dans la vie avec joie et confiance.


Bonne marche en 2017 !


+ Jean-Pierre DELVILLE, votre évêque



Accéder à tous les éditos