Notre évêque nous parle

Tous les éditos > Homélie 5e dimanche Pâques Eupen, 13 mai 2017 - confirmations église Saint-Joseph. (15/05/2017)


 


Homélie 5e dimanche Pâques


Eglise Saint-Joseph d'Eupen, 13 mai 2017, confirmations


 


Jean-Pierre Delville, évêque de Liège


 


Frères et Sœurs,


Chers Confirmands,


Peut-être vous est il arrivé un jour de vous demander : qu’est ce que je fais sur cette terre ?


 


Et que font tous ces gens que je croise en rue, qui s’activent ou qui s’endorment ? D’où vient notre vie et où va-t-elle ? Souvent notre vie nous apparaît un peu décousue, elle est faite, semble-t-il, de morceaux de puzzle, un puzzle incomplet, qui ne fournit pas une belle image claire. C’est pourquoi nous cherchons à voir plus clair, à tout comprendre.


Nous sommes un peu comme le disciple Philippe, qui disait à Jésus, dans l’évangile que nous venons d’entendre (Jean 14,7-12) : « Montre nous le Père », c’est-à-dire : « Fais nous voir Dieu », « Donne nous tout de suite l’image totale de la vie ». Philippe, c’est l’homme impatient, il a besoin d’absolu ; il demande la grâce d’une vision : pouvoir tout comprendre d’une seule fois. Alors Jésus répond simplement : « Celui qui m’a vu a vu le père ». « Je suis dans le Père et le Père est en moi ». Voilà que le mystère de Dieu est plus proche qu’on ne le croyait. Il ne faut pas le chercher loin ; il est totalement visible dans la vie de Jésus ; il faut chercher l’absolu, non pas dans l’infini du ciel, mais dans la simplicité de la vie de Jésus et dans le don de soi que Jésus a fait de sa vie.


 


Aujourd’hui, le monde a besoin de gens qui savent donner leur vie pour les autres, qui ne vivent pas seulement pour leur intérêt personnel. C’est un appel que le Seigneur vous adresse, vous les confirmands : sachez donner de votre temps, de votre amour pour les autres ! Trouvez de bonnes occasions pour vous engager ! Vous l’avez déjà expérimenté dans la préparation à cette confirmation. Vous me l’avez écrit dans vos lettres. Voici par exemple quelques réflexions que vous avez faites et qui expriment votre motivation :


„Der Grund meiner Firmung ist im Laufe der Unterrichtsstunden klar geworden. Und das möchte ich Ihnen anhand dieses Zitates erklären: Das Glück ist das einzige, was sich verdoppelt, wenn man es teilt“.


„In letzter Zeit habe ich einiges durchgemacht und vieles hat sich dabei geändert für mich, wobei ich spürte, dass Gott immer hinter mir stand. Ich hoffe dass ich durch die Firmung mehr Verantwortung und Selbstständigkeit bekommen werde.“


„Ausserdem finde ich es gut das ich nicht alleine bin um mich auf die Firmung vorzubereiten. Die Gemeinschaft unter einander zu fördern um ans gleiche Ziel zu kommen : Gott näher zu kommen.“


Grâce à vous l’Eglise d’élargit, elle devient plus nombreuse et plus riche en personnalités différentes. C’est comme à l’époque de l’Église primitive, nous l’avons entendu dans la première lecture (Actes 6,1-7) : « Le nombre de disciples augmentait ». À cause de cela, on a choisit des diacres, c’est-à-dire des personnes qui se mettent au service des autres, par exemple pour organiser les repas. On s’est organisé. Parmi les diacres, il y avait des Grecs, donc des étrangers, des gens qui n’étaient pas juifs : on a trouvé qu’il fallait donner de la place aux étrangers dans la communauté chrétienne. C’est aussi ce que nous vivons aujourd’hui. La communauté chrétienne permet de réconcilier des gens de cultures très différentes. Parmi ces diacres, il y avait un certain Étienne. Plus tard, il sera dénoncé comme chrétien et sera même tué à coups de pierres par des gens intolérants et fanatiques. Il est devenu le premier martyr. Aujourd’hui encore il y a des gens qui souffrent à cause de leur foi. Cette semaine nous avons appris que le gouverneur de Djakarta en Indonésie a été mis en prison parce qu’il était chrétien. C’est à cause de la pression de milieux fanatiques, qui veulent garder leurs privilèges. Donc être chrétien, c’est risqué, c’est accepter de donner sa vie pour l’amour des autres, comme Jésus. Sans cela, l’humanité se détruira. Le message de l’évangile doit pénétrer toutes les cultures grâce à l’Esprit Saint, qui souffle où il veut et qui répand l’amour dans tous les cœurs qui s’ouvrent à lui.


Pour cela, vous, les jeunes, vous allez être confirmés. Ce mot « confirmé », du latin « confirmari », veut dire en fait  « affermi », « rendu fort ». C’est le contraire d’être « infirme » ; c’est être « ferme ». La confirmation rend ferme, rend fort dans la foi, grâce au don de l’Esprit. Alors, Frères et Sœurs, entourons ces jeunes par notre présence fortifiante et par notre prière. Nous sommes tous des témoins les uns pour les autres, et la présence des parrains et des marraines le dit clairement. On n’est pas seul dans la vie : vos parrains et marraines, vos parents, vos grands-parents, vos frères et sœurs, vos catéchistes, vos prêtres sont comme des anges auprès de vous, ils constituent la communauté de foi et représentent le Christ, qui nous aide et nous écoute. Les pièces du puzzle de notre vie se transforment en une belle image! Car Jésus est pour nous la voie, la vérité et la vie. Remercions le Seigneur pour cette belle célébration qu’il nous donne et soyons unis dans la foi pour servir nos frères et sœurs du monde entier et rendre le monde meilleur ! Amen !


+ Mgr Jean-Pierre Delville,


Votre évêque. 


 


 


 



Accéder à tous les éditos