Notre évêque nous parle

Tous les éditos > 1ère Rencontre multiconfessionnelle, Centre islamique et culturel de Liège, 13 avril 2016 (13/04/2016)


1ère Rencontre multiconfessionnelle, Centre islamique et culturel de Liège, 13 avril 2016


 


Chers Amis,


 


Je vous remercie pour l’invitation que vous m’avez adressée de participer à cette rencontre multiconfessionnelle organisée par le Centre islamique et culturel de Liège, avec des représentants du judaïsme, du christianisme et de l’islam. Cela me rappelle la rencontre que nous avons eue en juillet dernier pour la rupture du jeûne un jour du Ramadan. Et je renouvelle déjà l’invitation pour cette année-ci ! Je remercie aussi les autorités musulmanes qui ont assisté à la prière célébrée le 22 mars dernier à l’église S.-Barthélemy de Liège, en mémoire des victimes de l’attentat de Bruxelles et en faveur de la paix. Leur présence était un grand témoignage de solidarité dans la douleur et la souffrance.


 


La connaissance mutuelle est fondamentale dans la situation actuelle. Nous vivons une mondialisation des cultures et des religions. Il est donc nécessaire que les religions et les convictions soient en dialogue et se connaissent davantage mutuellement. Cette rencontre se fait dans le cadre d’une situation nouvelle, qui s’est détériorée ces derniers-mois par les attentats de Paris et de Bruxelles, mais aussi de Ouagadougou, d’Istanbul, d’Ankara, de Grand Bassam, de Tunis, de Bamako et de Beyrouth. Souvent ils sont revendiqués au nom de l’islam. Nous savons qu’il s’agit d’une manipulation de l’islam et d’un détournement de la religion à des fins purement terroristes, motivées par l’argent et le pouvoir. Mais des personnes cyniques ne craignent pas d’utiliser l’idéal religieux pour des buts inavouables et pervers. Les partisans de DAECH veulent susciter une réaction de haine dans le monde et entrainer la division de nos sociétés. Ils veulent même créer la guerre entre musulmans, en ralliant les uns à leur cause et en stigmatisant les autres pour leur laxisme. C’est pourquoi ces situations nouvelles nous engagent à réagir et à approndir nos propres traditions pour éviter les interprétations violentes et valoriser l’interprétation qui va au cœur du message. Ce cœur de la foi doit être dégagé des éléments secondaires qui le cachent parfois. Car le cœur du message religieux est l’amour et la paix qui viennent de Dieu. Ce cœur du message débouche sur le respect de l’autre, y compris le respect de sa liberté de foi et de religion. Le cœur du message religieux se découvre quand on cherche l’intention du texte sacré au-delà de la complexité des mots et des phrases. L’intention profonde du message divin doit, dans chaque religion, être constamment recherchée et mise au pratique. Chaque religion peut aider les autres à éclairer ce cœur du message et à le dégager des mauvaises compréhensions, par un travail d’écoute et d’interpellation mutuelle. La situation nouvelle du monde, qui rapproche les cultures comme jamais autrefois, est une occasion de rapprocher les points de vue et les gens. Les rencontres dans l’amitié, comme celle que nous faisons ce soir, sont nécessaires pour que le dialogue ne soit pas seulement théorique mais touche aussi les cœurs et soit facilité par la confiance mutuelle.


 


L’Église catholique vit, durant cette année et à la demande du pape François, une année de la miséricorde. Chaque chrétien est invité à découvrir la miséricorde de Dieu et à la vivre dans la vie quotidienne. Cette année de la miséricorde a permis à un théologie musulman, M. Ismaël Batakli, de Liège d’expliquer aux chrétiens de la ville ce que représente la miséricorde pour un musulman. C’est en effet une thématique que nous avons en commun et qu’il est utile de travailler ensemble.


 


Je prie le Seigneur miséricordieux de répandre son esprit d’amour sur chacun de nous ici présent et sur les croyants des différentes religions et convictions. Je prie le Seigneur miséricordieux d’ouvrir les cœurs endurcis et de les convertir à la paix et au respect. Je rends grâce au Seigneur pour ce temps de grâce que nous vivons, ce temps de Pâques riche en espérance de vie pour les chrétiens, ce temps de rencontre entre nous, riche d’espérance de paix pour nous tous.


 


+ Jean-Pierre Delville


Votre évêque



Accéder à tous les éditos